sfpa
 

Se former en psychanalyse ou en psychothérapie intégrative

sigmund freud  

Psychanalyse, psychiatrie, psychologie, psychothérapies sont des disciplines qui considèrent toutes le psychisme humain. Cependant, elles comportent des différences essentielles. Parfois complémentaires, elles ne peuvent en aucun cas s’inscrire dans une approche approximative qui génèrerait de la confusion.

Qui est qui ?

1 - Un psychanalyste est soit de formation médicale, soit de formation philosophique. Il doit être un excellent linguiste. Ses études se font en Institut privé sous la conduite de un ou plusieurs didacticiens. Les honoraires ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale. Le psychanalyste a pour obligation d’avoir lui-même suivi une psychanalyse personnelle, pendant de longues années, avant d’exercer.

2 - Un psychiatre est un médecin. La règle veut qu’il ait suivi, indépendamment de ses études médicales, un cursus en psychanalyse et une psychanalyse personnelle s’il assure des prises en charge psychanalytiques ou une formation psychothérapeutique et une psychothérapie dans le cas de suivi de patients en psychothérapie.

3 - Un psychologue suit un cursus universitaire pouvant aller jusqu’au D.E.S.S. Plusieurs branches existent dans le domaine de la psychologie, allant du registre de la petite enfance au monde du travail. Les séances et entretiens ne sont pas remboursés.

4 - Un psychothérapeute intégratif (appelé depuis 2010 psychopraticien intégratif) reçoit une formation en établissement privé. Il existe de nombreuses psychothérapies. Le praticien doit lui-même avoir suivi, de surcroît, une didactique individuelle avant d’ouvrir son cabinet. Pas de remboursement des consultations.

Les études en psychanalyse

L’élève-analyste peut être un professionnel de la santé mais appartenir également à un registre différent ou être étudiant, à condition qu’il soit majeur. Il devra être particulièrement enclin aux sciences humaines.

Il est impossible d’établir une durée précise de ce type d’études dans la mesure où, d’une part, les élèves-analystes viennent donc de formation différente mais certains ont déjà soit une antériorité d’un point de vue de leur analyse personnelle, soit déjà commencé un cursus analytique resté inachevé. En outre et quoi qu’il en soit, la psychanalyse personnelle jouant un rôle prépondérant dans l’aboutissement des études, chaque histoire étant différente et chaque être unique, une durée préétablie du cursus reviendrait à transgresser les règles éthiques de la discipline freudienne.


Les études en psychothérapie intégrative

Les psychothérapies intégratives ont fait bien des émules depuis le milieu du XXème siècle, non pas uniquement de par les influences très médiatisées américaines et canadiennes mais parce que beaucoup de professionnels de la psyché ont intégré qu'un psychothérapeute, combien même effectue-t-il essentiellement un travail sur le Moi, doit connaître parfaitement le fonctionnement de l’inconscient : le Moi n’est jamais d’ailleurs, selon Sigmund Freud, que le lieu idéal de focalisation des somatisations. Ou encore le résultat du complexe, c’est-à-dire de la manifestation d’une lutte acharnée entre le Ça (instance correspondant au principe de plaisir débridé) et le Surmoi (instance qui intervient en tant que juge, censeur et arbitre, contre les élans désordonnés du Ça).

C’est ainsi qu’un psychothérapeute intégratif (ou psychopraticien intégratif) ne pourra en aucun cas faire l’impasse d’une formation suffisante didactique et personnelle, selon les modalités proches d’études sérieuses en sciences humaines : psychanalyse, philosophie, sciences du langage, sociologie, psychopathologie, quelle que soit la médiation qu’il utilisera dans l’exercice de son choix professionnel.


Retour accueil

Société Française de Psychanalyse Appliquée - Le Clos Saint Roch - 2 avenue Eisenhower - 84000 AVIGNON